DEBROS.INFO

Exclusivement pour les hommes intelligents.

Une enquête préliminaire a été ouverte début octobre sur la gestion du groupe d’intérêt public (GIP) France 2023, chargé d’organiser la Coupe du monde de rugby, a signalé mercredi 9 novembre le Parquet national financier (PNF), confirmant une information de L’Equipe. Une perquisition a été menée au siège du GIP France 2023, a par ailleurs fait savoir le comité d’organisation. Le PNF a confirmé mener des perquisitions.

Cette enquête a été ouverte pour favoritisme, trafic d’influence, corruption et tout autre délit connexe, à la suite d’un signalement de l’inspection générale des finances et de l’inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche, notamment concernant le management de l’ex-directeur général Claude Atcher, révoqué mi-octobre. La mission conjointe travaille depuis cet été pour, notamment, « analyser l’existence d’éventuels manquements à la probité économique et financière ou de conflits d’intérêts » au sein du GIP.

D’après le quotidien sportif, les enquêteurs s’intéressent à des frais personnels de M. Atcher, qui auraient pu être indûment pris en charge par le GIP, comme l’usage de VTC, à certains marchés passés ainsi qu’à d’éventuelles irrégularités liées à la billetterie du Mondial 2023.

« Pratiques managériales alarmantes »

Fin juin, L’Equipe avait publié une longue enquête relatant le mal-être au travail dû à « un management par la terreur » de l’ex-directeur général. Immédiatement après, la ministre des sports, Amélie Oudéa-Castéra, avait demandé la saisine de l’inspection du travail ainsi que du comité d’éthique du GIP, dans lequel la Fédération française de rugby (FFR) est majoritaire (plus de 60 %), et l’Etat minoritaire.

La remise du rapport du comité d’éthique cet été, faisant état de « pratiques managériales alarmantes », avait conduit début septembre le ministère des sports, de concert avec la FFR et le Comité olympique français, qui siège aussi au GIP, à mettre à pied à titre conservatoire Claude Atcher dans l’attente de l’enquête de l’inspection du travail. Il a finalement été destitué de son poste de directeur général du comité d’organisation le 11 octobre, à moins d’un an du coup d’envoi de la compétition.

Share this post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *